Le ZEN SHIATSU


Qu'est-ce que le shiatsu ?


Le shiatsu est une thérapie manuelle née de la tradition médicale extrême-orientale.
Il est une pratique de santé reconnue médecine officielle au Japon depuis le milieu du XXème siècle.
Le Shiatsu fut reconnu plus récemment par l'Union Européenne comme l'une des 8 méthodes alternatives de médecines non conventionnelles dignes d'intérêt. (rapport déposé le 6 mars 1997 A4-0075/97).
Fondé sur des principes similaires à ceux de l’acupuncture, il permet de soigner le corps et l’esprit en équilibrant les flux vitaux – le « ki » des asiatiques à travers le corps.
Utilisé correctement, il est efficace aussi bien pour les troubles d'ordre physique que pour les troubles psychiques et émotionnels.
Le shiatsu s'appuie sur les principes de
la MTC (médecine chinoise traditionelle).


Littéralement, shi- atsu veut dire en japonais : « pression » (Shi) avec les « doigts » (atsu).
Le praticien, à l'aide de ses doigts détendus, ou de ses mains, parfois de ses coudes, va exercer des pressions stables, perpendiculaires, en rythme.
Ce contact des mains sur le corps habillé du patient contacte le système nerveux parasympathique et procure en premier lieu un apaisement et une détente en profondeur.

A travers le toucher, forme de communication et de réconfort élémentaire,
on provoque une réaction positive immédiate et perceptible.

Ainsi, le shiatsuki amène le « receveur » ou « jusha » petit à petit à un état de détente suffisant pour qu'ensuite la stimulation exercée sur les tsubos, ces points d'acupuncture proprement dits et le long des méridiens, agisse en profondeur sur tout le corps.
Cette pression disperse les tensions accumulées, libérant le « jusha » ou patient, de la fatigue provoquée par les blocages de l'énergie vitale : le « ki » . Pour tout asiatique, la vie est l'expression même de ce « ki », énergie constamment mobilisée, manifestation de l'être, contrairement à l'inertie, perçue comme un manque de « ki »...
Une pression soutenue, progressive, stable et ferme, stimule l'énergie et le pouvoir naturel d'auto-guérison du patient.

Comment le praticien s'y prend-il pour « ré-équilibrer » ?


Tout comme vous pouvez parfois percevoir au travers d'une regard et d'une simple poignée de mains par exemple, que votre collègue de bureau ou votre voisin ne va pas très bien ce jour là,
et bien votre praticien, lui, a développé pendant ses années de formation et de pratique, une sensibilité dite 'primitive' qui lui permet d'entrer véritablement en empathie avec son patient à travers le toucher.
Le fait que le contact physique se fasse sur les vêtements – et non directement en contact avec l'épiderme, vous permet d'entrer plus rapidement dans la détente profonde, et permet au praticien de se concentrer sur ses ressentis en profondeur ; ceci afin d'obtenir une résonance de vos méridiens.
Lorsqu'il accède à cette information, c'est là que le traitement proprement dit commence.
C'est pourquoi il est si important d'obtenir eu tout premier lieu la détente du patient.
Les zones de stagnation du « ki » émergent, le praticien va oeuvrer à « disperser » le ki ; les zones « kyo » c'est à dire « en vide de ki », plus difficiles à identifier vont pouvoir être tonifiées....
Via le travail de ré-équilibrage des méridiens, et des zones de circulation du « ki » , les grandes fonctions organiques et métabolismes vitaux – digestion, respiration, élimination, circulation, etc.. sont stimulés.

Votre praticien s'appuie aussi, bien évidemment sur une écoute et un échange préliminaire, la prise des pouls chinois, l'écoute du « hara » (le ventre) ou du dos, de la nuque, des zones douloureuses identifiées ou zones de tensions inconscientes du patient, etc...


Et qu'est-ce que le « ZEN SHIATSU » ?


Le shiatsu, méthode thérapeutique manuelle japonaise, a plusieurs origines ancestrales, chinoises et japonaises, mais on peut dire que cette discipline fut inventée ou ré-découverte par le japonais Tokujiro Namikoshi (浪越 徳治郎).
Le "shiatsu Namikoshi" fut enrichi par l'un de ses disciples et assistant direct : Shizuto Masunaga (増永 静人), en particulier par l'étude approfondie des textes fondateurs de l’acupuncture (Théorie de la Médecine traditionnelle Chinoise), devenant le "Zen Shiatsu".
Grâce à l'un de ses disciples, le maître japonais Kazunori Sasaki, qui a apporté le Zen Shiatsu en Europe, nous avons la chance d'avoir accès en France également, à la transmission directe de cet enseignement au sein de l'EISA (European IOKAI Shiatsu Academy).

Shizuto Masunaga (1925 - 1981)

Initié très jeune au shiatsu par ses parents, puis maître de shiatsu considéré au Japon comme une autorité en la matière, fut la première personne à établir les bases théoriques de la thérapeutique shiatsu.
Sa méthode fut basée sur ses nombreuses années d'expérience clinique, son étude approfondie des traités de médecine traditionnelle chinoise et japonaise. Il va ainsi redécouvrir les parcours des méridiens utilisés en acupuncture et les prolonger dans l'intégralité du corps pour chacun des douze méridiens principaux. Grâce à cela, il crée une technique plus complète et en accroit l'efficacité. Il va restaurer l'esprit traditionnel et philosophique qui sous-tend la médecine orientale et se focaliser sur la perception des méridiens. Là est son innovation principale.
A sa vocation traditionaliste s'ajoute une vision très moderne de la thérapie qui lui est inspirée par sa formation universitaire en psychologie.

Le « ZEN SHIATSU » est né, se distinguant de toute autre école et rejoignant la voie des moines taoïstes dont la fonction se voulait à la fois thérapeutique et spirituelle.
Masunaga va fonder son école sur ce principe : « Il n'est pas de pratique thérapeutique sans avoir clarifié soi-même son cœur (cœur et esprit étant une seule et même chose dans la conception japonaise).
On parle d'une relation « shen to shen »
(prononcer « shin to shin » : 'coeur à coeur'
ou littéralement : « esprit » à « esprit »)
entre le donneur et le receveur …


Qu'est -ce que « IOKAI » ?

Le maître Shizuto Masunaga (増永 静人) ré-instaure à travers son « association de plusieurs hommes sous un même toit » - « kaï » en japonais de tels « Roi de la médecine » (« I - O »);
l'association IOKAI est née... et par là même, nait l'approche thérapeutique « IOKAI meridian shiatsu » :
une approche au service de l'Homme, qui lui permette de se réaliser dans la totalité de son être : corps, âme, esprit. «Comment pourrait on traiter le corps, sans prendre en compte les autres composantes?! »

Ainsi les praticiens IOKAI Méridiens Shiatsu travaillent-ils avec cet état d'esprit :
- Rechercher les causes réelles de la maladie
- et le traitement shiatsu le plus approprié
- afin qu'idéalement, la maladie ne revienne pas.

Pour Matsunaga Sensei, s'il y a un symptôme, une tension (« yang »), c'est qu'il y a aussi un « vide yin » quelque part, invisible, profond, moins accessible.
Le praticien IOKAI s'exerce pendant des années à « clarifier son coeur », à donner et recevoir pour développer sa sensibilité « archaïque ».
C'est progressivement, et en ressentant comment l'énergie répond et se déplace – ou pas - dans les méridiens, que le thérapeute va atteindre plus profondément les zones où le KI est faible et manquant.
Tonifier ce « kyo » (vide, invisible et de nature existentielle) sans se laisser abuser par le seul symptôme constitue la base même de la thérapie par les méridiens.
On ne fait pas venir du « ki » extérieur : on recrée la circulation harmonieuse du ki dans tous les méridiens ; on vise à obtenir le déplacement du ki interne afin d'assurer le maintient de l'intégralité de l'être.
Lorsque le flot de Ki ( ou Qi ou shi) circule à nouveau sans obstacle de manière équilibrée, selon des rythmes et cycles particuliers, alors le corps et la personne toute entière éprouve bien-être et santé.
Tout l'enjeu est là...

Le maître Kazunori Sasaki

Successeur de Shizuto Masunaga, Kazunori Sasaki fut pendant de nombreuses années disciple et assistant de Maître Masunaga.
Il explique que s'il est ici en occident, c'est uniquement parce qu'il a été invité par les Européens à venir, et que son maître lui a demandé d'aller transmettre son enseignement hors du Japon, en Europe.
Il est le fondateur de l’European Iokai Shiatsu Association (EISA).
Depuis le début des années 1980, Sasaki Sensei assure l’unique transmission de cette connaissance en Europe. Il reste attaché au mode oriental et traditionnel d’enseignement, celui de la transmission orale.
Ainsi, tous les praticiens français certifiés IOKAI Shiatsu ont reçu les enseignements de cette façon, les sensibilisant par là même à « l'art de l'écoute ».



L'AMPUKU, une autre particularité de l'approche "Zen Shiatsu "

Tous les praticiens français et européens IOKAI, certifiés de l'EISA, ont été formés à la pratique de l'ampuku.
L'ampuku est une méthode japonaise de ré-harmonisation de la personne, par le travail en profondeur au niveau du HARA.
Méthode à part entière, elle est transmise directement par le maître japonais Kazunori Sasaki et ses assistants directs lors de stages d'approfondissement.

L'esprit traditionnel du ZEN SHIATSU

Le Zen shiatsu tel qu'enseigné à l'école Iokai dans le strict respect de la tradition et de la lignée Tokujiro Namikoshi et Masunaga Sensei,
porte en particulier toute son attention sur la qualité de la relation et du contact entre le praticien et son jusha (le receveur) au cours du traitement.

Tokujiro Namikoshi, fondateur de cette méthode de thérapie manuelle japonaise insistait sur le fait que :

"l'âme du shiatsu est semblable à l'affection maternelle ;
la pression des mains fait jaillir la vie".

Peut-être faut-il préciser qu'il était également philosophe... un bel exemple de réconciliation entre le corps et l'esprit, en quelque sorte.


Le shiatsu FAMILIAL


Si vous désirez apprendre ces gestes qui vous permettront de détendre vos proches et de leur offrir un moment de détente et de relaxation,
les stages de Shiatsu familial sont faits pour vous...
En savoir plus